Cimes 19 organisait une sortie à Orpierre dans les Hautes-Alpes du 18 au 24 juillet.

Ce site d’escalade proche de Sisteron et voisin de Buis-les-Baronnies est réputé pour son équipement béton et son village accueillant et résolument orienté vers l’accueil des grimpeuses et des grimpeurs. 
Outre Alex et Cyril de Cimes 19, cinq autres participant.es, membres de clubs FSGT d’Ile-de-France, ont fait le voyage : Anne-Sophie (Grimpe 13), Julien (9apic), Philippe et Polo (Roc14) et Rayan (La Courneuve). Initialement prévu du 19 au 23, tout le monde avait tellement envie de grimper que l’on a trouvé le moyen de rallonger un peu la sauce. 

Anne-Sophie avait réussi à obtenir une place au gîte des Drailles tenu par Pierre-Yves Bochaton. Ce dernier est investi dans l’équipement et l’entretien des voies depuis 1983 et c’est aussi l’auteur du topo. C’est aussi un très bon cuisinier qui a eu la gentillesse d’offrir à ces hôtes une belle tarte à l’abricot et une succulente pizza. Ce séjour était résolument tourné vers l’escalade… et la gastronomie ! Lecteur, lectrice, si tu veux en savoir plus sur ce sujet capital qu’est l’alimentation du grimpeur en villégiature, d’autres informations suivront plus bas.

Mais revenons à l’escalade. Les voies d’Orpierre s’organisent autour de différents secteurs de falaise et de grandes voies. La couenne se pratique typiquement autour de la Cascade et du Château, tandis que les grandes voies se fraient un chemin dans le Quiquillon, l’Ascle ou encore l’Adrech.

Lundi.

Le premier jour a vu partir trois cordées dans trois grandes voies différentes. Alex, Cyril et Rayan s’embarquaient, en flêche, pour le Voyage : 4 longueurs dans un rocher orienté ouest dans le 5c/6a et qui se finit par un joli surplomb avant de sortir au sommet du Quiquillon.
Deux rappels suffisent pour retrouver le plancher des vaches.
Après une pause méridienne, Rayan et Anne-Sophine sont reparties pour faire un peu de couenne à Chateau (Racine du Ciel) sous une petite pluie fine et ont parcouru quelques voies en 5a-5c.

Mardi.

Le second jour, Alex et Cyril sont partis faire de la couenne à la cascade, le pied d’Alex le faisant un peu souffrir. Ils ont exploré quelques voies dans le secteur de la cascade en matinée avant de faire de belles longues voies dans le 6a+ au secteur du château l’après-midi.
Rayan et Polo se sont attaqués à Jungle, une voie dont la dernière longueur en 6a réserve une surprise, à artifer éventuellement. Dans le courant de l’après-midi, une partie de la bande est partie profiter du lac de Buech avant d’enchaîner sur une nouvelle séance de falaise, cette fois dans le secteur Belleric.

Mercredi.

Alex et Cyril ont gardé le gîte, Alex pour ménager son gros orteil gauche, Cyril pour reposer son épaule. Ca fait mal, l’escalade !
Rayan et Phillipe avaient repéré « Grand Coeur malade », la voie la plue longue du Quiquillon, 200m avec un 6b de 45m conti. « Magnifique ! » L’après-midi a été consacrée à faire un tour dans les gorges de la Méouge avec une belle voie psycho bloc (repère : flèche rouge 6a Alex). Le soir encore au Belléric, Rayan a tâté du 6a engagé.

Jeudi.

Anne-Sophie et Cyril sont allées faire la voie dans la partie gauche de l’Adrech. Il s’agit de naviguer dans 5 longueurs dont la cotation oscille entre le 5a et le 5b+. Comme les autres itinéraires de ce coin, la sortie consiste en une belle dalle bien équipée. On redescend par un rappel d’une quarantaine de mètres qui finit en fil d’araignée. Dans la ligne voisine, Polo et Rayan s’attaquaient à une voie dans le 6 nommée Merci madame le maire et qui commence par 2 belles longueurs en dalle de 6a.
L’après-midi, retour au lac du Buech. Comme maintenant tous les soirs Rayan et quelques autres retournent faire de la couenne dans les secteurs Chateau et Cascade, avec notamment la voie « Yé nen po plou » 6b.

Vendredi.

Pour ce dernier jour à grimper, Cyril et Philippe se sont élancés dans Une fleur de Lotus. Cette voie dans le mur jaune du Quiquillon est orientée Sud-Est et la cordée est donc partie relativement tôt pour éviter de n’avoir trop chaud sur le rocher. Cette voie commence par une dalle dressée puis un petit mur (deux longueurs en 6a+). Après une longueur de transition, Philippe s’est engagé dans la longueur athlétique en 6b avec deux pas fins en sortie. La voie se conclut par
une belle dalle en 6a+. Pendant ce temps, Anne-Sophie et Polo cherchaient le départ d’une voie dans le pilier de l’Ascle. Elles ont fini par trouver ! De leur côté, Julien et Rayan avaient choisi de conclure cette semaine par la voie nommée « N’importe où, hors du monde » en 6a+ à Quiquillon Est.
On ne pouvait repartir d’Orpierre sans avoir fait un tour à la sympathique piscine municipale.
Duran{« type »: »block », »srcClientIds »:[« 4316b829-8216-44da-b943-8cdeb9768c82″], »srcRootClientId »: » »}t la soirée, Rayan et Phillipe se sont rendus dans le secteur « Château, l’étrangleur » et ont notamment grimpé dans les voies « Sonic » et « Au boulot Nico ».

Pour les courageux.es qui ont lu ce compte-rendu jusqu’ici, il convient de rendre ici compte d’un aspect fort agréable de cette sortie : beaucoup d’énergie a été mise dans la préparation des repas. Les participant.es ont ainsi dégusté du poulet coco, une tarte salée à la tomate et au courgette sur lit d’emmenthal ou bien encore des poivrons rouges marinés.

En guise de conclusion, tout le monde est reparti ravi de ce chaud séjour à Orpierre.