La «nouvelle gouvernance du sport français» se dessine de plus en plus concrètement.

Dans la perspective de l’adoption d’une loi «Sport et société» en 2019, les grandes orientations en sont tracées dans un rapport de 60 propositions remis à la ministre des Sports cet été.

Refonder, «en haut», le sport français sur un modèle de cogestion où l’État s’avérerait un acteur parmi d’autres et pousser, «en bas», la bascule du sport associatif vers l’entrepreneuriat… quid du sport pour tous et toutes ?

Cliquer ici pour lire la suite

 

Un clip vidéo : « le sport est un droit, ce n’est pas une marchandise »